Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Gabriel

Le blog de Gabriel

Menu
Au nom de tous les hommes ...( ou presque !)

Au nom de tous les hommes ...( ou presque !)

 

Avoir votre pardon,

Au nom de tous les hommes ;

S’excuser pour de bon,

Sans nier leur génome.

*

Pour le mal qu’ils vous font

Depuis des millénaires,

Tout en contradictions

Dans leur dogme binaire.

*

Pour la galanterie

Qu’ils oublient bien parfois,

Pris dans l’effronterie,

Qu’hurle leur petit moi !

*

Pour l’absence d’écoute

Absorbé dans leur monde,

Qu’on pense qu’ils s’en foutent,

Tant leurs yeux vagabondent.

*

Pour ne pas vous aimer,

Comme vous le méritez,

Vous donnant à rêver

Quand ils n’ont qu’une idée.

*

Pour leur indifférence,

De père et de conjoint,

Qui pensent qu’à distance,

On traite les besoins.

*

Pour oublier le jour

De vos anniversaires,

Et même rester sourd ;

Aux efforts faits pour plaire.

*

Pour leur fuite si lâche

Devant l’adversité,

Quand leur voix joue relâche,

Dés qu’il faut décider.

*

Pour leurs jours de silence,

Quand ils ont décrété,

Que seule l’indifférence,

Pourrait vous arrêter.

*

Pour leurs soirées football,

Prostrés devant leur bière,

Confirmant l’hyperbole,

De sportif en litière.

*

Pour leur sale égoïsme,

A choisir leurs amis,

Non par idéalisme,

Mais juste à leurs profits.

*

Pour leurs mensonges osés

Qu’ils vous jettent en pâture,

Quand ils sont acculés,

A devenir parjure.

*

Pour toutes leurs tromperies

A vous dire qu’ils vous aiment,

Alors qu’ils sont ravis,

De braver l’anathème.

*

Pour leurs foutus loisirs

Leur prenant tout leur temps,

Vous privant du plaisir

De merveilleux instants.

*

Pour leur zéro tendresse,

Oubliant vos envies,

Et préférant vos fesses,

A vos mélancolies.

*

Pour leur triste habitude,

D’aimer plus leur auto,

Que votre mansuétude

Et tous vos lamentos

*

Pour leurs fameux copains

Et tous leurs souvenirs,

D’affreux petits gouspins

Refusant de vieillir.

*

Pour leur affectation,

Tant ils se croient au lit,

Des amants d’exception,

Dés qu’ils entendent un cri.

*

Pour leurs sales manières,

D’oublier d’être tendre,

Ne cherchant que matière,

A prendre et à reprendre.

*

Méa culpa mesdames,

Nous devenons conscients,

Qu’un salut de nos âmes,

N’est pas si évident !

 

août 2007

 

Au nom de tous les hommes ...( ou presque !)